11/10/2007

La période française 1795 - 1815

En 1792, la principauté de Liège, à la « demande » de patriotes liégeois réfugiés à Paris, et les Pays-Bas du Sud sont libérés par des troupes de la Révolution française après la bataille de Jemmapes. Les Français organisent la Belgique sous la direction de Louis-Ghislain de Bouteville du Metz qui commence un pillage systématique du pays, notamment pour remettre à flot les finances de la jeune république. Les provinces belges sont reconquises temporairement en 1793 par l'Autriche avec l'approbation du peuple belge, excédé par les exactions françaises.3

En 1794, les États belges redeviennent partie de la République française le 1er octobre 1795 et la Principauté de Liège devient définitivement « belge » via son incorporation en trois départements (Ourthe, Meuse-Inférieure et Sambre-et-Meuse). Cette disparition sera entérinée en 1801 par le Concordat entre Bonaparte et le pape Pie VII.

Ainsi, les réorganisations systématiques et organisés par le Directoire reprennent. Lorsque Napoléon Bonaparte devient Consul, les « départements réunis » de la future Belgique ainsi qu'une (première) partie de la République batave sont intégrés dans l'empire français. Ces départements correspondaient à peu près aux anciens "états" des Pays-Bas autrichiens, même si certains furent créés ex nihilo (comme ceux du Limbourg et de l'Ourthe, conséquences du démembrement de l'ancienne Principauté de Liège).

Pendant la période française, le bassin houiller wallon fait sa révolution industrielle et devient une des régions les plus industrialisées d'Europe. Le reste de la Belgique, particulièrement la Flandre, est peu industrialisée.

La Belgique connaît à ce moment l'ensemble des institutions de la Révolution française : administration, Code Napoléon, imposition, justice reformée. Cependant, le peuple souffre, notamment sur le plan religieux et à cause de la conscription. Ainsi, sur l'actuelle province de Liège, 6% de la population meurt sur les champs de bataille (6500 hommes).4 L'usage des langues locales, comme les parlers flamands, est réprimé et les publications dans cette langue sont interdites avec l'instauration du décret du 2 thermidor an II.

La période française prend fin en 1815 avec la défaite de Napoléon à Waterloo.

14:15 Écrit par Xavier dans Histoire de Belgique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

......... ...............

Écrit par : ..... | 03/03/2008

Les commentaires sont fermés.