11/10/2007

Les États-belgiques-Unis 1790

decoration
 

Les États-belgiques-Unis sont une confédération de pays membres des Pays-Bas autrichiens, qui se sont déclarés indépendants de l'empereur Joseph II en 1790. Joseph II était le souverain des différents pays, étant à la fois duc de Brabant et de Limbourg, duc de Luxembourg (mais le Luxembourg ne fit jamais partie de cet Etat), comte de Flandre, comte de Hainaut, comte de Namur, seigneur de Malines, seigneur de Tournai, etc.



À l'époque, le mot « belgique » était utilisé comme adjectif, signifiant des Pays-Bas («nederlands» en néerlandais) ou des Pays-Bas du Sud («belgisch»). Parfois, au pluriel, « les Belgiques » était utilisé au lieu de « les Pays-Bas ».



Entre 1787 et 1790 se déroule la Révolution brabançonne, en rejet des réformes progressistes de l'empereur Joseph II. Elle n'est donc pas apparentée à la Révolution française.



Menée par Hendrik Van der Noot, les insurgés défont les Autrichiens à Turnhout le 27 octobre 1789, prennent Gand le 13 novembre, forçant à l'exil les régents impériaux Albert de Saxe-Teschen et son épouse l'archiduchesse Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine. Van der Noot déclara alors le Brabant indépendant, et d'autres provinces des Pays-Bas autrichiens suivirent le mouvement (à l'exception du Luxembourg).



Le Traité d'union a été signé à Bruxelles le 11 janvier 1790 par les députés de neuf états, notamment les États de Brabant, de Gueldres, de Flandres, de West-Flandres, de Hainaut, de Namur, de Tournai, du Tournésis (ou Tournaisis) et de Malines. Il n'a cependant pas été signé par le Luxembourg, où l'autorité ducale de l'empereur restait intacte.



Parallèlement, en Principauté de Liège, la situation est très différente. Faisant suite à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, les Liégeois obtiennent la fin de l'ancien régime. Dès le 18 août, ils s'attèlent à la rédaction d'une constitution, après la prise de l'hôtel de ville et de la Citadelle. Et en 1790, la nation liégeoise contracte une alliance avec les États-Belgiques-Unis. La Révolution liégeoise (fin de l'Ancien Régime) n'a donc pas de points communs avec la Révolution brabançonne. Elle se différencie aussi de la Révolution française par son plus grand radicalisme (voir par exemple la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de Franchimont).

 

14:13 Écrit par Xavier dans Histoire de Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.